Pour les utilisateurs d'  Internet Explorer  et  Opera , ce site est optimisé pour le navigateur  Chrome ,  Firefox ,  Safari . S vous utilisez un système d'exploitation Windows, téléchargez un des trois en cliquant dessus, faites un essai et vous constaterez.

Articles & Actualités

Karaté

Titres de nos articles

Cliquez sur l'article ci dessous pour l'afficher



ES ORIGINES OKINAWAIENNES DU KARAT PAR ZENEI OSHIRO, 8ME DAN

LES ORIGINES OKINAWAIENNES DU KARAT
PAR ZENEI OSHIRO, 8ME DAN (1/3)
Les origines okinawaiennes du karat
30 mars 2015 - Karat
Zenei Oshiro, 8e dan Karat goju-ryu et Kobudo Denis Boulanger / FFKDAOshiro Sensei est lun des plus fins connaisseurs de ce karat traditionnel issu de la petite le du pacifique perdue entre la Chine et le Japon, Okinawa. Une le o les puissants installaient des chteaux ou des comptoirs commerciaux, o le karat servait se dfendre ou affirmer sa rputation de combattant et dont le savoir allait se chercher au-del des eaux et se transmettait comme un savoir secret. Partons avec lui la dcouverte des origines de notre art, faisons le voyage dOkinawa.
Premire partie : le Shuri-Te, lorigine du Shotokan
Bien sr, les arts martiaux dOkinawa, le karat originel, a des racines lointaines, mais elles se mlent aux lgendes quon a colport pendant des sicles, aux histoires quon a racont sur le sujet. En fait, on nen sait pas grand chose ! Ainsi on raconte quau 14e sicle, trente-six familles chinoises se sont installes dans un quartier dOkinawa pour le commerce et y pratiquaient les arts martiaux. Ces arts martiaux auraient progressivement influenc les combattants des alentours Cela dit bien quil y a des origines chinoises au karat dOkinawa, mais cela ne nous aide pas vraiment savoir de quoi il tait question, ce quils pratiquaient. On les disait originaire de la province de Fukien (ou Fujian), une province du Sud la hauteur de Taiwan, qui est 200 km peu prs dOkinawa. Cest cette influence qui va donner le style de Naha, dont nous reparlerons.
SAKUGAWA SHUNGO, LE PREMIER ENSEIGNANT DE TO-DE
Cest au XIXe sicle quon entre vraiment dans la priode historique. Le premier grand expert de Shuri-Te est Sakugawa Shungo, dont lun des matres aurait t un expert chinois nomm Ku-Shan-Ku, qui lui aurait enseign la Boxe Chinoise. Sakugawa est mort en 1815, ce qui fait de lui un homme du XVIIIe sicle, et on ne connat pas grand chose de lui, sinon quil tait probablement de classe populaire et fut lev au rang de serviteur du roi dOkinawa. Il eut loccasion de voyager en Chine pour son art. Lun de ses lves fut Matsumura Sokon, lequel aura pour lves Azato Yasuzato et Itosu Yasutsune, qui seront les deux professeurs de Gichin Funakoshi, le fondateur du karat Shotokan.
LINFLUENCE DCISIVE DU JIGEN-RYU
Matsumura Sokon a une dizaine dannes quand il est prsent Sakugawa, expert dj g de boxe chinoise, on disait aussi To-de, main des Tang , qui vivait dans le village de Shuri. Aujourdhui Shuri est encore un quartier de la ville de Naha, qui a tout englob, mais lpoque cest la capitale royale dOkinawa. Matsumura aura bientt une rputation importante et il entre au service des derniers rois dOkinawa comme probable instructeur de techniques martiales. Il pousera une femme descendante dune ligne dexperts martiaux, laquelle dit-on aurait influenc la mise au point du kata Useishi, futur Gojushiho. Avec son statut, il voyage en Chine et au Japon, dans le clan des Shimazu de la province de Satsuma, rput pour ses arts guerriers, qui fut charg de la conqute dOkinawa. Cest cette occasion que Matsumara Sokon est initi lart du sabre des Shimazu, de lcole Jigen-Ryu. Cette cole se caractrise par un fort esprit dattaque qui place lefficacit dans une stratgie o il faut en finir sur un seul coup en comblant rapidement la distance et beaucoup dimportance place dans la prparation physique et mentale. Cest sans doute cette influence qui donnera au Shuri-Te son caractre particulier, quil conservera dans le principe un coup, une vie propre au karat Shotokan, et quon ne retrouve pas dans le Goju-Ryu par exemple o il faut enchaner les attaques.
MATSUMARA, LE PRE DE LOKINAWA-TE
Matsumura est devenu un proche du roi. Il tait intelligent et lettr et son expertise dans le combat tait considre comme prcieuse. La transmission est rare ce moment-l. On nenseigne pas comme aujourdhui avec beaucoup dlves et pour des raisons commerciales. On choisit cinq ou six lves qui sont des disciples, des continuateurs. Matsumura est un personnage considrable, dj un rformateur et un concepteur, le pre de lOkinawa-Te de faon globale et il aura pour sa part un nombre assez important dlves.
Les deux plus connus de notre poque moderne furent Azato Yasuzato, dit Azato Anko, et Itosu Yasutsune, dit Anko lui aussi. Azato tait dune famille aise et commena la pratique avec Matsumura vers ses dix-huit ans et devint lui aussi adepte de la Jigen-Ryu, comme dautres arts samouras, lquitation ou le tir larc. Il fut le continuateur du style de Matsumura et de son esprit, avec laccent mis sur le coup unique, comme un coup de sabre. On ne lui connat peu prs que deux lves, dont Gichin Funakoshi, qui a racont le type dapprentissage auquel il tait soumis, avec des rendez-vous secrets nocturnes, beaucoup de rptions et laccent mis sur un kata pendant trois ans minimum.
ITOSU, LE GRAND DIFFUSEUR DE LECOLE DE SHURI
Itosu Yasutsune, dit Anko (le cheval de fer) est plus connu que son ami Azato. Clbre comme combattant, cest aussi lui qui a initi la transformation du karat quil avait appris en systme ducatif pour la jeunesse et sportif. N Shuri, cest 16 ans quil a commenc tre enseign par Matsumura. Lettr en chinois et en japonais, Itosu prit des fonctions la cour du roi et continua approfondir son art auprs de nombreux experts. Sa rputation de grand combattant la force exceptionnelle est lgendaire. Cest vers cinquante ans passs, en 1885, quil a commenc enseigner ce quil savait, influenant par ses leons la plupart des experts de lpoque. Il fut lartisan de la dmocratisation du karat quil souhaitait voir enseigner dans les coles dOkinawa dans une forme simplifie et codifie. Le karat est encore ferm, un secret dfendre, il louvre tout le monde, proposant une version ducative de cet art de combat. Il fixe les modalits dentranement dans un esprit nouveau. Cest pour les tudiants quil cre les cinq kata Pinan partir de Kushanku. Il meurt en 1916, lanne mme ou Gichin Funakoshi est appel au Japon pour faire sa premire dmonstration devant le Butokuden de Kyoto.
LE SHOTOKAN CONQUIERT LE MONDE EN SINSPIRANT DU KENDO
Gichin Funakoshi commena 15 ans la pratique du karat avec matre Azato comme une discipline transmettre en secret, lors dentranements nocturnes. ses trente ans, elle tait diffuse dans les coles dOkinawa et la premire dmonstration publique avait t organise sous linfluence de son second professeur, matre Itosu. Diplm et instruit, Il eut la mission de se rendre au Japon pour une grande exposition nationale o toutes les provinces taient appeles montrer quelque chose delle-mme. Il parle japonais, ce qui nest pas frquent lpoque pour un Okinawaiien et sduit des personnalits importantes de lpoque au Japon, notamment le crateur du judo, Jigoro Kano, qui va lencourager crer son dojo. Ce sera le Shotokan , la Maison de Shoto le nom de plume de ce fin lettr qui crit des pomes Tokyo, qui va progressivement devenir une cole, puis un systme sportif la mort de Funakoshi. Si Gichin Funakoshi enseigne un Shuri-Te classique dans la continuit de ses matres, ce sont ses continuateurs, et notamment son fils Yoshitaka, qui vont fixer pour lavenir les lments du style, et notamment la forme de comptition. Elle va suivre lesprit originel du Shuri-Te , mais elle est conue aussi pour se distinguer de la boxe. La forme de comptition Shotokan sinspire des comptitions de Kendo, choisissant de valoriser les attaques de loin, sur un coup, comme une attaque de sabre. La dimension des cls, des saisies, est limine de la forme sportive qui nat ce moment-l et qui se prpare conqurir le monde. Le karat sous cette forme nest plus tout fait un systme de dfense, mme si de nombreux aspects sont prservs dans lentranement et quon les retrouve aujourdhui dans la recherche du karatjutsu. En Shotokan, cest lesprit du sabre de Shuri qui lemporte.
En revanche, llve japonais de Gichin Funakoshi, Otsuka Hironori par ailleurs dj expert de haut niveau en jujutsu, revient des postures plus naturelles et plus hautes, des placements plus rapprochs de ladversaire, remettant au centre les questions de fluidit et denchanement, ainsi que les techniques de cls et de projection. Il prend ses distances avec Gichin Funakoshi et son fils pour fonder le Wado-Ryu.
OKINAWA, LE SHURI-TE DAUJOURDHUI
Okinawa aujourdhui, lhistoire de la conqute du Japon, puis du monde, par le karat Shotokan de Funakoshi nest pas trs raconte. Certains lui reprochent encore davoir donn le karat aux Japonais ! Le Shotokan na gure de popularit dans lle et on ne le retrouve que dans un ou deux dojos. Le style hritier du Shuri-Te est le Shorin-Ryu (cole Shaolin), qui propose un karat distance plus rapproche que le Shotokan, avec des postures plus hautes, des positions plus naturelles et des mouvements plus courts qui privilgient la vitesse dexcution. Le Shorin-ryu est sans doute le style gnral le plus pratiqu Okinawa. Dans la sphre Shorin , on retrouve le Kobayashi-Ryu de Chibana Choshin, lve direct dItosu, qui aura plus tard comme reprsentants les matres Higa, Nakazato, Miyahira. On retrouve aussi Mastsubayashi-Ryu de matre Nagamine, lve de Chibana et la Shukunai Hayashi-Ryu de Kyan Chotoku, lve de Matsumura et dItosu, mais aussi dexperts du Tomari-Te. chaque gnration, les nouveaux dojos, les variantes dcole et les fdrations diverses se font plus nombreuses et complexes.
La semaine prochaine, retrouvez la seconde partie de notre entretien avec Zenei Oshiro

COPYRIGHT © 2013  |  Karaté94.com  |  L'histoire du karaté  |  MENTIONS LEGALES  |  Conception : Agence Haksson  |  Login Admin